La réunion : Rentrée des classes pour 220 000 élèves

La réunion : Rentrée des classes pour 220 000 élèves

Ce matin, les cours reprennent en présentiel pour tous les niveaux, comme l’avait annoncé la rectrice, jeudi dernier. L’intersyndicale, la FCPE et l’Association des maires de La Réunion (AMDR) optaient pour un report dans le but de favoriser une meilleure organisation et la sécurité sanitaire de tous. Ils n’ont pas obtenu gain de cause, et c’est bien aujourd’hui que nos marmailles font leur retour sur les bancs de l’école, malgré des circonstances particulièrement stressantes. Lors d’une conférence de presse tenue au rectorat vendredi dernier, la rectrice affirmait que cette rentrée 2021 se déroulerait avec des mesures proportionnées et évolutives, adaptées au contexte sanitaire : “Notre académie dispose de l’expérience et des outils qui doivent nous permettre, cette année encore, de relever le défi et d’assurer notre mission éducative au bénéfice de tous les élèves”. Aujourd’hui, ils sont 113 580 élèves à faire leur rentrée dans le premier degré, 101 530 dans le second, et 5 110 étudiants en post-bac. 6 300 élèves en situation de handicap sont scolarisés en milieu ordinaire.

 

Une rentrée officielle à Saint-Paul

A 8 heures ce matin, à la Saline Les Hauts, à Saint-Paul, la rentrée des élèves de sixième du collège Célimène Gaudieux s’est faite en musique et sous l’œil de la rectrice de l’Académie, Chantal Manès-Bonniseau, et du préfet de La Réunion, Jacques Billant.

Il s’agit d’un établissement situé dans le Réseau d’Education Prioritaire Renforcé. L’objectif est de « réduire les inégalités et bâtir l’Ecole de la confiance ». La rectrice et le préfet sont allés à la rencontre des élèves et de l’équipe pédagogique. Ils ont visité plusieurs classes, le centre de documentation, et ont échangé avec les professeurs sur « l’égalité, l’orientation des élèves, ou encore les dispositifs de lutte contre le décrochage scolaire ».

Rentrée d’un élève en classe spécialisée sous les yeux du Préfet de La Réunion

 

Le port du masque

Le port du masque est obligatoire pour tous les élèves à partir du CP et pour tous les personnels. L’obligation s’applique dans les classes, les salles de réunion, les CDI et tous les lieux d’enseignement, ainsi que dans les espaces extérieurs des écoles et établissements scolaires.

Pour les élèves, la fourniture des masques est à la charge des parents. Ils doivent être de catégorie 1 aux normes AFNOR.

Pour les personnels de l’éducation nationale, ils bénéficient d’une dotation de masques lavables de catégorie 1 aux normes AFNOR. Les personnels vulnérables reçoivent quant à eux des masques chirurgicaux de type II.

 

Le strict respect des gestes barrières

Une vigilance accrue est portée au respect des gestes barrières, par tous et en permanence : lavage régulier des mains ou utilisation d’une solution hydro-alcoolique (à l’arrivée dans l’école ou l’établissement, avant et après chaque repas, avant et après les récréations, après être allé aux toilettes, le soir avant de rentrer chez soi ou dès l’arrivée au domicile), limitation des brassages par niveau, aération des locaux, désinfection des surfaces les plus fréquemment touchées plusieurs fois par jour, désinfection des tables de réfectoire après chaque service.

Une école réhabilitée à Bellemène

A 10 heures, la rectrice s’est rendue à l’école Primaire de Bellemène pour son inauguration, après des travaux de réhabilitation. Ils ont coûté sept millions d’euros et vont permettre d’accueillir dans de bonnes conditions 335 élèves. « Avant, l’école était éclatée sur trois sites, maintenant un seul, c’est l’école la plus moderne de Saint-Paul », commente le maire de la ville, Emmanuel Seraphin.

 

Les tests salivaires et les auto-tests reconduits

Les campagnes de tests salivaires sont déployées prioritairement dans les secteurs définis en lien avec l’ARS où les taux d’incidence sont les plus élevés. Ils visent les écoliers et les collégiens. Les auto-tests (2 par semaine) ,à réaliser chez eux, sont distribués à tous les professeurs et personnels de l’éducation nationale, ainsi que les ATSEM.

La limitation des brassages d’élèves notamment pendant les temps de restauration scolaire. La stabilité des groupes est recherchée et, dans la mesure du possible, à l’école les mêmes élèves déjeunent à la même table. Il est recommandé de favoriser l’organisation d’un service individuel

(plateaux, couverts, eau, dressage à l’assiette ou au plateau).

Les activités physiques et sportives sont autorisées en extérieur, ainsi qu’en intérieur dans le respect d’une distanciation de 2 mètres.

Pour rappel, la rentrée scolaire se tient ce lundi 16 août dans tous les établissements scolaires de La Réunion.

 

Les réclamations syndicales ignorées

Le lundi 9 août en fin de journée, la rectrice accordait une audience à l’intersyndicale, inquiète au vu du manque de moyens humains et matériels pour pouvoir respecter le protocole sanitaire renforcé. Les syndicats avaient différentes revendications, mais tous ont jugé qu’un report de deux jours pour la rentrée des élèves serait bénéfique.  La FSU Réunion a déposé un préavis de grève pour la semaine de la rentrée, du 16 au 21 août. Dans leur communiqué, le syndicat réclamait des recrutements de personnel supplémentaire afin d’obtenir des classes à effectifs réduits, d’assurer la sécurité sanitaire pour tous et de répondre à l’augmentation d’activité engendrée par la crise. Plus précisément, la fédération demande l’enrôlement d’enseignants, d’assistants d’éducation, d’infirmiers, de personnels administratifs, d’ouvriers et de techniciens.  Le Snes-FSU Réunion a jugé essentiel que l’académie investisse dans plus de masques chirurgicaux ou FFP2, du savon, du gel hydroalcoolique et des capteurs de CO2. Enfin, le syndicat considère que des moyens conséquents pour la vaccination seraient préférables à des mesures « répressives » pour les élèves qui ne sont pas encore vaccinés. « Si les collègues veulent lancer une action cette semaine, parce que la protection sanitaire de tous ne peut être garantie, ils sont couverts par le préavis que l’on a déposé », explique Victor Rodrigues, secrétaire adjoint au Snes-FSU Réunion.  L’inquiétude des syndicats s’est révélée fondée le 13 août, jour de pré-rentrée pour les enseignants. Jérôme Motet, vice-président du SNALC, affirme qu’un manque d’adaptation a été reporté dans certains établissements scolaires vendredi dernier, où des groupes de 100 personnes ont été regroupés, avec un mètre de distance à peine.

 

 

 

Yann